Close

octobre 3, 2020

StackinSat, demandez le Plan B !

J’écrivais ici mon désarroi face à la mort de Bittr, écrasé par la sacro-sainte compliance, et un autre service semblable a vu le jour en France : StackinSat. Passons en revue la proposition de ce petit nouveau, annoncé en grande pompe lors de l’événement Surfin’Bitcoin (première édition), où votre serviteur avait l’honneur d’être présent.

Disclaimer : ceci n’est en aucun cas un article sponsorisé. Je ne touche pas d’argent de la part de StackinSat pour parler de leur service.

L'Adoration des Mages - Matthias Stom - vers 1600-1650

StackinSat, qu’est-ce que c’est ?

StackinSat est un service qui, comme Bittr, permet de mettre en place facilement des achats récurrents de Bitcoin en mode automatique, depuis son compte bancaire. Le fonctionnement, à quelques détails près, est tout à fait similaire :

  • l’utilisateur s’inscrit sur la plateforme avec un KYC minimal (nom, prénom, date de naissance et numéro de téléphone), communique son email et un mot de passe,
  • il communique ensuite une adresse bitcoin qu’il possède (nous y reviendrons, mais StackingSat est non-custodial),
  • on lui indique alors un RIB et une référence client à mettre dans ses futurs virements.

Le client n’a ensuite plus qu’à se rendre sur le site de sa banque et mettre en place un virement récurrent (par exemple, 10 euros tous les jeudis) vers le compte bancaire de StackinSat, en n’oubliant pas d’inclure la référence client. A réception des euros, StackinSat va ensuite procéder à l’achat de bitcoins pour ce montant* (minoré de frais de fonctionnement de 1,5%) et les envoyer directement sur l’adresse bitcoin renseignée plus tôt.

Le service de StackinSat est donc un settle and forget : une fois que le client l’a mis en place, il peut cesser de s’en occuper : le virement récurrent s’exécutera de lui-même à chaque fois, et les précieux bitcoins arriveront sur son portefeuille sans qu’il n’ait a lever le petit doigt.

Quels avantages à l’utiliser ?

Avec ses 1,5% de frais, StackinSat ne s’adresse pas forcément à tout le monde : le bitcoiner rompu à l’achat de précieux satoshis sait en effet qu’il peut trouver moins cher ailleurs. De même, avec l’envoi automatique des bitcoins à une adresse contrôlée par le client, ainsi que le prix non-connu d’avance, StackinSat ne s’adresse pas au trader de court terme, qui a tendance à conserver ses fonds sur les exchanges pour pouvoir acheter et vendre rapidement.

StackinSat s’adresse plutôt à l’épargnant de moyen à long terme (5 ans et plus), qui ne souhaite pas passer des heures à essayer de battre le marché pour acheter au plus bas du cycle. A celui qui sait (ou parie) que, sur le long terme, la différence de prix d’achat sera effacée par l’appréciation du cours. C’est là toute la force du Dollar Cost Averaging (DCA), technique d’investissement consistant à acheter régulièrement pour un montant fixe de bitcoin, et qui correspond donc exactement à l’ambition de StackinSat. L’idée est ainsi de permettre à l’investisseur de lisser et moyenner son prix d’entrée dans le temps, plutôt que de tout concentrer dans un seul achat, dont bien malin est celui qui saura prédire s’il s’agit vraiment d’un plus bas local. Sur le long terme, cette stratégie allie efficacité et simplicité : puisqu’à montant fixe investi, on achète plus de bitcoin lorque le prix est bas, le poids des bitcoins achetés à bas prix prend mécaniquement plus d’importance que celui de ceux achetés au prix fort. Dans le cas général, le prix d’entrée est donc non seulement lissé, mais tend également à superformer d’autres stratégies plus complexes.

Qu’on ne se méprenne pas : il existe sans doute quelques acheteurs capables de déceler les plus bas locaux et de s’y placer. Mais pour tous les autres, le DCA présente un très intéressant compromis entre simplicité, liberté d’esprit et performance.

Un autre avantage très important à utiliser StackinSat est sa non-custodialité : à aucun moment le service ne détient vos bitcoins puisque, dès l’achat, ils sont envoyés sur un portefeuille bitcoin dont vous seul avez les clés. De plus, contrairement aux exchanges tradionnels qui prélèvent des frais de retrait indus et exhorbitants, StackinSat non seulement batch les transactions (i.e. envoie les bitcoins de plusieurs clients en une seule grande transaction), mais réduit également les frais au minimum (actuellement, on doit pouvoir tabler sur quelque chose entre 2 et 5 sat/vb). En effet, l’investisseur passant par StackinSat n’est de toute façon pas pressé, et même avec des frais aussi bas, la transaction arrive de toute façon au bout de quelques heures.

A qui cela s’adresse-t-il ?

La cible principale de StackinSat est, sans équivoque, le “bon père de famille” qui met de côté régulièrement. C’est celui ou celle qui aime le confort de l’épargne progressive a la Livret A. Pas de prise de tête, pas de contrainte, on épargne à un horizon lointain, pour soi ou même pour ses enfants. Il s’adresse d’autant plus à des personnes peu familières avec Bitcoin et que l’expérience a jusqu’ici rebutéées (les parents, les grand-parents, etc.), mais aussi à des bitcoiners convaincus, que ce mécanisme d’épargne en auto-pilote séduit.

Cette ambition tournée vers le néophyte se ressent dans le design global de la webapp, à l’interface élégante et sobre, garantie sans gros boutons qui clignotent de partout. Dans la simplicité du mode de fonctionnement également : une fois que tout est en place, un virement SEPA permet d’acheter du bitcoin. Pas d’ordre à placer, et pas de retrait à effectuer puisque celui-ci est automatique. Enfin, cet effort est également prégnant dans certains choix techniques qui ont été fait, comme celui de ne permettre que de communiquer une seule adresse bitcoin pour le retrait automatique, et pas une xpub par exemple. En effet, malgré la légère perte de privacy liée à la réutilisation d’une seule adresse, celle-ci est largement préférable à celle occasionée par une mauvaise maitrise des xpubs et de leur fonctionnement. Pour rappel, une clé publique étendue (extended public key, xpub) est une clé à partir de laquelle il est possible de dériver toutes les clés publiques d’un portefeuille, et notamment celles déjà utilisées. Il est donc indispensable, s’il était possible de communiquer une xpub (comme c’était le cas pour Bittr), d’uiliser un tout nouveau portefeuille, entièrement dédié à recevoir les transactions de StackinSat. Et ça, pas sûr que ce soit suffisament clair et simple d’utilisation pour le néophyte.

Quelle est l’ambition de StackinSat ?

On entre ici dans ce qui, je pense, a largement contribué à me donner envie d’écrire cet article : la vision de l’équipe derrière StackinSat à moyen et long terme. La volonté affichée par Jonathan et Josselin au travers de ce service est sans appel : réaliser, au sens de “faire passer dans le réel”, le premier rôle monétaire de Bitcoin : celui de réserve de valeur. Permettre à des millions de français (et d’européens), non seulement de s’exposer au bitcoin, ce qui appréciable en ces temps d’injections massives de liquidités, mais qui plus de manière simple, transparente et souveraine. Or, on le sait, le statut de réserve de valeur n’est pour une monnaie que la première étape, nécessaire, vers son acceptation comme moyen des échanges. Et pour cette-dernière, StackinSat a également des plans sur le moyen-long terme qui incluent, se murmure-t-il, le réseau Lightning.

C’est un fil rouge pour StackinSat, et un phare qui a irradié au travers de toute la conférence Surfin’Bitcoin : la volonté et la nécessité de promouvoir Bitcoin et de montrer à tous qu’une autre voie est possible. Que Bitcoin est là pour durer, que pour certains d’entre nous il coche déjà toutes les cases des caractérisques d’une monnaie et que, pour le reste, ce n’est qu’une question de temps.

One Comment on “StackinSat, demandez le Plan B !

[…] A lire sur hearmeboar.fr […]

Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code